Cache directory "/space/www/node1-5/gl-ouv/3/1/3107061023343938/web/ouvaton.org/caveat.ouvaton.org/html/wp-content/plugins/ttftitles/cache" is not writable.Laurent Joffrin pour la riposte graduée: le fantasme du “laissez-faire”

C’est ce matin samedi sous la plume de Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libé et à ce titre mon patron, et j’en ai recraché ma tartine:

A cet égard, n’en déplaise à l’esprit libertaire en vigueur sur le Net : faute d’avoir choisi le système de la licence globale, le meilleur à nos yeux, la voie choisie par Christine Albanel, d’une échelle graduée de sanctions dans la lutte contre le piratage, est nécessaire. Elle vaut mieux, en tout cas, que le simple laissez-faire.

Curieux raisonnement politique: j’ai aussi soutenu le mécanisme de licence globale (moins mauvais des systèmes plutôt que le meilleur, d’ailleurs) mais l’invocation du spectre du “laissez-faire”, pour justifier un soutien à la politique d’une Christine Albanel alignée sur les plus radicaux et les plus conservateurs lobbies culturels, est stupéfiant.
Qui peut sérieusement parler de “laissez-faire”? La loi s’applique sur le Net comme ailleurs, et on ne peut pas dire que le législateur soit resté passif face au développement du réseau: à coup de LCEN, DADVSI, directives européennes diverse, lois sur les télécoms et myriades d’amendements dans d’autres textes, on frise plutôt le “trop-faire”.

Le mécanisme de riposte graduée envisagé aujourd’hui implique (entre autres joyeusetés) une surveillance massive des activités sur le réseau, la mise en place d’une autorité administrative extra-judiciaire au fonctionnement complexe et la définition d’une nouvelle infraction pour défaut de surveillance de son accès au Net.

Ce n’est pas un hasard si les “libertaires” (!) de la Commission nationale de l’informatique et des libertés ou le Parlement Européen se sont opposés à ce mécanisme ubuesque.

La riposte graduée sera coûteuse, ses conséquences sur la liberté d’expression et l’accès à la culture imprévisibles. Et elle sera très probablement inutile: la surveillance des échanges d’oeuvres sur le Net ne pourra se faire que dans certains espaces publics du réseau, or il est de plus en plus facile aujourd’hui d’échanger massivement des oeuvres à l’abri des nouveaux policiers du Net, par disques dur, clefs usb, emails ou réseaux privés et cryptés.

Il ne s’agit certainement pas d’adopter une chimérique posture libertaire -invective paresseuse de ceux qui ne veulent pas comprendre les ressorts de l’Internet et les interactions complexes entre technique et politique. Mais bien de s’opposer à la mise en place d’une énième usine à gaz inefficace, dangereuse pour les libertés individuelles et qui nie l’apport essentiel de l’infrastructure Internet à la diffusion de la culture: la transformation partielle d’une logique de consommation marchande en logique d’échange culturel.

La question du financement de la création est brûlante, mais il est illusoire d’imaginer la résoudre avec une riposte plus ou moins graduée et un montage parajudiciaire “créatif” -pour ne pas dire hasardeux. Le “faire-n’importe-quoi” serait en ce domaine bien plus dangereux qu’un “laissez-faire” fantasmé.

Faites tourner:
  • Print this article!
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Identi.ca
  • Netvibes
  • Turn this article into a PDF!
  • Tumblr
  • Twitter
  • Wikio FR

15 comments ↓

#1 Florent V. on 06.14.08 at 11:36 am

Libération fustigeant l’esprit libertaire… il va falloir rebaptiser le canard. ;)

Je retiens la qualification de «libertaire» (dans ce contexte) comme «invective paresseuse». Elle rejoint les rangs déjà fournis des invectives visant à jeter le discrédit sur les positions ou les idées d’autrui. On y trouve, en vrac: gauchiste, facho, rétrograde, réactionnaire, bobo, etc.

#2 Marsellus on 06.15.08 at 5:11 pm

Etrangément, mon commentaire (pas des plus élogieux) de l’édito de Joffrin n’a pas été validé par Libération.fr.
Le filtrage a déjà commencé…

#3 François on 06.16.08 at 9:58 am

J’avais un chef très méchant, qui me répétait régulièrement “on a le chef qu’on mérite” …

#4 fred on 06.16.08 at 7:15 pm

Malheureusement joffrin a très souvent tendance dans ses éditos à inventer des ennemis imaginaires qu’il n’est que trop facile ensuite de désavouer (notamment un week-end ou libération avait fait paraitre un intéressant dossier sur les penseurs d’extrême gauche( badiou, Zizek..) plombé malheureusement par un éditorial tendancieux, dans lequel il s’élevait contre le risque d’un retour du totalitarisme). En tous cas sur cette question du piratage et de l’hadopi, bon courage, et j’espère que votre voix pourra se faire entendre dans libé.

#5 SdC on 06.17.08 at 5:03 pm

Pathétique…
Qu’elle soit Olivennes, Hadopi ou Création et Internet, cette loi est un carnage organisé par des… incompétents, pédants de surcroit.

#6 Nemo on 06.17.08 at 6:54 pm

@Marsellus : Moi qui me desespérait de ne voir que mon seul commentaire en dessous de ce, comme son auteur bien peu digne de Libération, édito, cela me rassure de voir que je ne suis pas la seul à être surpris.

#7 showshoes on 06.18.08 at 10:48 am

Mauvaise foi :
quand on lit Laurent Joffrin : “A cet égard, n’en déplaise à l’esprit libertaire en vigueur sur le Net : faute d’avoir choisi le système de la licence globale…etc” On a l’impression que ce sont les acteurs du Net qui ont refusé la licence globale, et ça c’est faux !! Par ailleurs, d’après PC world,Sony-BMG réfléchirait à une forme de licence globale. Qu’en est-il ?
Je vous mets le lien : http://www.pcworld.fr/lire/breves/4081/1/sony-bmg-reflechit-une-licence-globale-pour-musique/
luttons tous pour qu’Hadopi meurt avant d’avoir été.

#8 Billy on 06.18.08 at 10:51 pm

Encore un qui se trompe d’époque… Ces réactionnaires ne rendent même pas service aux Majors en sévissant ainsi. En les enfermant dans leurs chimères elles ne sont pas tentées de profiter des NTIC au lieu de les subir!
billy-tallec.typepad.fr

#9 Arion on 06.19.08 at 11:07 am

Toute façon Libé est un torchon au même titre que le Figaro.

#10 Aisyk on 06.20.08 at 12:08 am

Pour ma part cela ne m’étonne guère que cette fois (en ayant en mémoire les débats sur la DADVSI) les lobbys aient mieux construit leurs soutiens à leur cause. En gros, leur communication se construit comme cela : si la répression ne fonctionne pas, alors on va essayer quelque chose d’autre (qui dans l’esprit répond toujours au même but)… Forcément cela aura l’aval de ceux qui se disent “modérés”, “pragmatiques”… Le plus souvent en omettant avec les plus grandes œillères le but de la manœuvre, faire peur pour rassurer les actionnaires en attendant des solutions plus lucratives. Le financement de la culture, de la création passe au second plan (marketing). Quoi de mieux pour une ministre de la communication et de la culture ?

#11 nosalito on 06.21.08 at 4:20 am

illusoire et vain de vouloir contrôler internet a moins d’être chinois. la bataille du cryptage est gagné d’avance par des millions de gens qui le font pour moi entre autre et gratuitement. le réseau s’enfoncera je crois dans l’anonymat quoi que l’on face. Comme d’habitude la France mène une bataille d’arrière garde conservatrice aveugle et ne répondra à la vrai question de la création que le nez dans son caca. en attendant les majors racle les fonds de tiroirs, c’est toujours ça de pris et qu’importe les dégâts. Joffrin à raté le metro.

#12 snoop snoop scratchy scratch on 06.21.08 at 10:21 am

Tout ce que ça va amener c’est une relance de la course technologique entre hacker et cybercop, qui se fera au détriment de ceux ne sachant pas protéger leur vie privée sur le net, et l’explosion de la consommation en bande passante (cryptage oblige). Game over messieurs les censeurs, votre monde est déja mort.

#13 Le Yéti on 06.22.08 at 1:20 am

Franchement, on emmerde autant ce pauvre Joffrin que leur foutue loi rétrograde contre le partage de musiques et de vidéos sur le Net.

Il y a des dizaines et des dizaines de millions d’internautes qui se passent des fichiers en toute convivialité. Attendons avec un sourire goguenard de circonstance les dizaines et les dizaines de millions de procès que ces tocards vont essayer d’intenter. Rachida Dati a intérêt à rouvrir des dizaines et des dizaines de tribunaux fermés récemment par ses soins.

#14 arcadius on 06.28.08 at 2:18 pm

et si l’on parlait de “l’appel des 52″ en faveur de l’HADOPI ? 28 de ceux-ci ont attiré sur leur nom, en 3 ans, un total de subventions de 3.565.001 euros en provenance de la SCPP, grâce aux “droits de tirage” imposés par les majors et vivement critiqués par la Commission de contrôle des SPRD… dont les conclusions font s’esclaffer Pascal Nègre, Président de la SCPP depuis maintenant 13 ans.
Quelques exemples de jeunes talents, dont les producteurs ont été encouragés :
- Johnny Hallyday = 495.567 euros en 2 ans/
- Raphaël : 377.064 euros en 3 ans/
- Charles Aznavour : 357.599 euros en 2 ans/
- Diam’s : 283.626 euros en 2 ans/
- Etienne Daho : 218.450 en 2 ans/
- Cali : 216.649 en 3 ans/etc…
De l’utilisation de l’aide à la création…

#15 keudal on 12.11.08 at 4:27 am

Si l’homme a mis a la portée de l’homme un merveilleux outil d’interactivité et de création pour en faire cet outil d’aliénation désespérant le contraignant à une riposte graduée, c’est que l’homme est vraiment un imbécile. Il ne nous reste donc que Warez, et ce que chacun de nous est capable de faire pour s’opposer à cet état de fait. Chacune de nos créations, et la façon dont nous la diffusons, prioritairement, en est le reflet trouble. Ce n’est pas tant le copyright qui est en cause que l’éthique d’un monde sous l’emprise du droit unique au commerce qu’elle s’es créée, droit qui relègue tout ce qui ne lui ressemble pas à l’oubli, à l’infortune et au mépris. Telle une tour de babel cryptée bâtie sur un trésor ignoble la ménacant autant que l’empêchant de croître. J’en ai conscience mais pas mes propres enfants et voilà une honte supplémentaire pour demain… Rien ne changera. L’homme restera le sale con envieux qu’il a toujours été, libre ou asservi, un animal minable dont l’ambition n’a d’égal que l’aggressivité latente qu’il décrit sous le nom de progrés.
De quoi se prendre un flingue? – Non
La prise de conscience individuelle nous laisse entrevoir un moteur d’interaction bien plus grand que tant de consensus mous.
Le libre restaure un potentiel d’appropriation que la valeur et la morale ne peuvent combattre. Outil propédeutiquee davantage qu’arme fatale voire absolue.
Et dans ce sens, il sera louable que l’homme à son contact grandisse, au lieu de s’abêtir encore une fois dans son réflexe habituel d’égoïsme.
Non, vanité, vanité, tout n’est pas simplement vanité.

Leave a Comment